Club allié au Yacht Club de France

Le couteau entre les dents...

Une deauvillaise autour du monde

Dominique Weber

La Clipper Race Round the World en détails :

www.clipperroundtheworld.com

17 mai 2018

Mer 13

Sous spi, sous spi... toujours sous spi !

On les change de jour, on les change de nuit…

On empanne 10 à 15 fois par jour mais on vient enfin de comprendre qu’il fallait marquer nos adversaires.

On grignote, on grignote mile après mile. On a passé la première ligne en 3e position. On fonce vers la seconde. Compte tenu du retard des derniers, on pense si ils vont arrêter la course après la 2e ligne, Ça nous irait bien !

On est liquéfié, nos sommes en permanence trempés de sueur, c’est intenable. Le clavier du téléphone a du mal à fonctionner tellement on transpire.

Deux se relaye sur les écrans à la "nav" afin de nous donner en permanence les donnés sur les autres : cap, vitesse, empannage éventuel...

À la barre : un barreur et un "spotter".

Deux au moulin à café, un à l’écoute de spi.

On a relâché notre attention une demie heure cette nuit et perdu 1/2 mile, donc on tient coûte que coûte !

Les trous sans vent nous épuisent nerveusement...

Aujourd’hui les dauphins jouent avec nous, c’est super. Vidéo sur Facebook quand j’arrive à Panama.

On a 5 concurrents à vue. Une chance de gratter Qindao que l’on rattrape depuis 3 jours. Pour le moment, on veut la 2e place du podium.

Histoire de nous occuper, la direction de la course nous a lancé un défi : faire le plus beau gâteau et envoyer la photo.

Je m’y collerai avec Guylaine tout à l’heure. C’est mon quart de sommeil mais je ne peux pas dormir… Trop chaud !

L’eau est à 30 degrés. Dire que certains paient pour rôtir sous les tropiques !

Je rêve d’Islande, de Patagonie...

Il y a 2 ou 3 jours, j’ai fait le blog sur le site. Il est en français et en anglais. Vous pouvez aller le lire.

Le clavier du téléphone écrit n’importe quoi, je vous quitte...

 

Mer 14

70 miles de la ligne n° 2...

On est crevés. Passés devant Qindao cette nuit mais sur le quart de 02 h à 08 h, on dormait tous. Même à la barre !

Entre la chaleur et le manque de vent, c’est la guerre des nerfs !

Du coup Qindao nous talonne de très près. Ils sont revenus sur nous au lever du soleil.

Hier soir, les baleines ont accompagné le coucher de soleil. Les poissons volants nous sautent dessus et nous passons parfois devant quelques tortues qui nagent mollement. L’eau serait-elle trop chaude pour elles aussi ?

Les excès de "beans" et de pois chiche ont à nouveau raison de mes intestins. Vivement Panama !

 

Mer 15

On était de quart de midi à 4 h, j’étais enduite de crème solaire comme jamais quand on m’a attribué la navigation. Je me suis donc retrouvée dans l’étuve du poste de "nav", gluante à souhait au bout de quelques minutes.

3 h 30 passionnantes à traquer, calculer, donner des indications à la barre. Depuis 48 h, nous faisons une veille permanente derrière les écrans. Qindao est passé en mode furtif mais comme on traque depuis 2 jours, on avait sa cible sur le radar. On n’est pas des bleus !

3 h 30 à calculer, suivre chaque bateau, dire au poste de barre les mètres gagnés, perdus, la vitesse ...

Si on continue comme cela, on devrait passer la ligne n° 2 en première position.

La moins bonne nouvelle, c’est que la course va continuer vers la ligne 3. La direction de la course n’a pas envie de nous payer trop de gasoil pour rejoindre Panama. L’anglois serait il radin ?

Pendant que j’étais à la "nav", le vent a tourné et nous sommes maintenant au près. Bienvenue dans la vie à 45 degrés. Nous avons installé des cordages à l’intérieur pour nous tenir..nous commençons à marcher sur les cloisons.

Première étape : rejoindre ma couchette. Essayer de grimper dedans en marchant sur la cloison opposé. Me jeter dessus et vite attacher la toile anti-roulis. Une mauvaise vague est vite arrivée et on compte de nombreuses fractures à des équipiers jetés de leur couchette. Simon nous a offert pour sa "Happy Hour", un masque à l’aloe Vera. Je vais donc m’accorder une demie-heure de détente totale. Le "selfie" est obligatoire ! Cela nous donne un côté "Scream"  très net ! Pas sûr que je partage avec vous mon "selfie"…

 

Mer 16

Vivre à 45 degrés a duré... 4 heures.

Ensuite ont commencé les doldrums (pot au noir). Plus de vent. Cette nuit on a même reculé de 4 miles.

Cela fait 24 h qu’on  est à 18 miles de l’arrivée.

Dare to lead a surgit de nulle part et a franchi la ligne.

Nous avons 6 bateaux en vue autour de nous. C’est la guerre des nerfs !

Ils passent devant, on repasse... parfois seul le courant nous pousse et pas toujours dans le bon sens.

On se relaie à la barre, à la "nav" et au réglage des voiles. On essaie de ne pas craquer. On veut la 2e place sur le podium !

Les tortues autour du bateau nagent plus vite que nous... un petit requin vient de passer... tranquille !

On passe notre temps à changer de voile entre le code 1 et le" windseeker". Hisser, affaler, plier, renvoyer... on est trempés de sueur et on colle de partout, On rêve d’une glace à Panama ! Mais dans combien de jours ????

La musique à fond entretien notre moral et ce matin au lever du soleil, nous avons improvisé une danse du vent. Éole ne nous a pas entendus !

Je fais la sieste dans la soute à voiles. Une couchette est maintenant vide et je profite d’un filet d’air. La zone de sommeil dans le bateau est devenue irrespirable.

Au petit déjeuner, la créativité côté toast n’a plus de limites : Beurre de cacahuète et Nutella, Beurre de cacahuète, cheddar et Marmite, Margarine et beurre de cacahuète,  Beurre de cacahuète et confiture de fraise…

On a épuisé les céréales, restent les œufs en poudre !

Fin de course.

Ça y est, après 18 jours de course, on est 2e !!!

On sera donc sur le podium à New-York.

Les 300 derniers mètres ont été les plus stressants. Le vent tombait de plus en plus et nous n’avancions plus.

On s’est tous sauté au cou et embrassés.

Maintenant nous partons en remorque 2 par 2 pour économiser notre fuel vers le Costa Rica pour refaire DU gasoil et ensuite aller à Panama. 5 à 6 jours de moteur nous attendent ! On espère avoir le temps de prendre une douche au Costa Rica...

Je n’aurai donc plus grand chose à vous raconter les prochains jours.

Nous sommes épuisés, pas très propres mais fiers de nous !

A suivre…

17 mai 2018

Mer 13

Sous spi, sous spi... toujours sous spi !

On les change de jour, on les change de nuit…

On empanne 10 à 15 fois par jour mais on vient enfin de comprendre qu’il fallait marquer nos adversaires.

On grignote, on grignote mile après mile. On a passé la première ligne en 3e position. On fonce vers la seconde. Compte tenu du retard des derniers, on pense si ils vont arrêter la course après la 2e ligne, Ça nous irait bien !

On est liquéfié, nos sommes en permanence trempés de sueur, c’est intenable. Le clavier du téléphone a du mal à fonctionner tellement on transpire.

Deux se relaye sur les écrans à la "nav" afin de nous donner en permanence les donnés sur les autres : cap, vitesse, empannage éventuel...

À la barre : un barreur et un "spotter".

Deux au moulin à café, un à l’écoute de spi.

On a relâché notre attention une demie heure cette nuit et perdu 1/2 mile, donc on tient coûte que coûte !

Les trous sans vent nous épuisent nerveusement...

Aujourd’hui les dauphins jouent avec nous, c’est super. Vidéo sur Facebook quand j’arrive à Panama.

On a 5 concurrents à vue. Une chance de gratter Qindao que l’on rattrape depuis 3 jours. Pour le moment, on veut la 2e place du podium.

Histoire de nous occuper, la direction de la course nous a lancé un défi : faire le plus beau gâteau et envoyer la photo.

Je m’y collerai avec Guylaine tout à l’heure. C’est mon quart de sommeil mais je ne peux pas dormir… Trop chaud !

L’eau est à 30 degrés. Dire que certains paient pour rôtir sous les tropiques !

Je rêve d’Islande, de Patagonie...

Il y a 2 ou 3 jours, j’ai fait le blog sur le site. Il est en français et en anglais. Vous pouvez aller le lire.

Le clavier du téléphone écrit n’importe quoi, je vous quitte...

 

Mer 14

70 miles de la ligne n° 2...

On est crevés. Passés devant Qindao cette nuit mais sur le quart de 02 h à 08 h, on dormait tous. Même à la barre !

Entre la chaleur et le manque de vent, c’est la guerre des nerfs !

Du coup Qindao nous talonne de très près. Ils sont revenus sur nous au lever du soleil.

Hier soir, les baleines ont accompagné le coucher de soleil. Les poissons volants nous sautent dessus et nous passons parfois devant quelques tortues qui nagent mollement. L’eau serait-elle trop chaude pour elles aussi ?

Les excès de "beans" et de pois chiche ont à nouveau raison de mes intestins. Vivement Panama !

 

Mer 15

On était de quart de midi à 4 h, j’étais enduite de crème solaire comme jamais quand on m’a attribué la navigation. Je me suis donc retrouvée dans l’étuve du poste de "nav", gluante à souhait au bout de quelques minutes.

3 h 30 passionnantes à traquer, calculer, donner des indications à la barre. Depuis 48 h, nous faisons une veille permanente derrière les écrans. Qindao est passé en mode furtif mais comme on traque depuis 2 jours, on avait sa cible sur le radar. On n’est pas des bleus !

3 h 30 à calculer, suivre chaque bateau, dire au poste de barre les mètres gagnés, perdus, la vitesse ...

Si on continue comme cela, on devrait passer la ligne n° 2 en première position.

La moins bonne nouvelle, c’est que la course va continuer vers la ligne 3. La direction de la course n’a pas envie de nous payer trop de gasoil pour rejoindre Panama. L’anglois serait il radin ?

Pendant que j’étais à la "nav", le vent a tourné et nous sommes maintenant au près. Bienvenue dans la vie à 45 degrés. Nous avons installé des cordages à l’intérieur pour nous tenir..nous commençons à marcher sur les cloisons.

Première étape : rejoindre ma couchette. Essayer de grimper dedans en marchant sur la cloison opposé. Me jeter dessus et vite attacher la toile anti-roulis. Une mauvaise vague est vite arrivée et on compte de nombreuses fractures à des équipiers jetés de leur couchette. Simon nous a offert pour sa "Happy Hour", un masque à l’aloe Vera. Je vais donc m’accorder une demie-heure de détente totale. Le "selfie" est obligatoire ! Cela nous donne un côté "Scream"  très net ! Pas sûr que je partage avec vous mon "selfie"…

 

Mer 16

Vivre à 45 degrés a duré... 4 heures.

Ensuite ont commencé les doldrums (pot au noir). Plus de vent. Cette nuit on a même reculé de 4 miles.

Cela fait 24 h qu’on  est à 18 miles de l’arrivée.

Dare to lead a surgit de nulle part et a franchi la ligne.

Nous avons 6 bateaux en vue autour de nous. C’est la guerre des nerfs !

Ils passent devant, on repasse... parfois seul le courant nous pousse et pas toujours dans le bon sens.

On se relaie à la barre, à la "nav" et au réglage des voiles. On essaie de ne pas craquer. On veut la 2e place sur le podium !

Les tortues autour du bateau nagent plus vite que nous... un petit requin vient de passer... tranquille !

On passe notre temps à changer de voile entre le code 1 et le" windseeker". Hisser, affaler, plier, renvoyer... on est trempés de sueur et on colle de partout, On rêve d’une glace à Panama ! Mais dans combien de jours ????

La musique à fond entretien notre moral et ce matin au lever du soleil, nous avons improvisé une danse du vent. Éole ne nous a pas entendus !

Je fais la sieste dans la soute à voiles. Une couchette est maintenant vide et je profite d’un filet d’air. La zone de sommeil dans le bateau est devenue irrespirable.

Au petit déjeuner, la créativité côté toast n’a plus de limites : Beurre de cacahuète et Nutella, Beurre de cacahuète, cheddar et Marmite, Margarine et beurre de cacahuète,  Beurre de cacahuète et confiture de fraise…

On a épuisé les céréales, restent les œufs en poudre !

Fin de course.

Ça y est, après 18 jours de course, on est 2e !!!

On sera donc sur le podium à New-York.

Les 300 derniers mètres ont été les plus stressants. Le vent tombait de plus en plus et nous n’avancions plus.

On s’est tous sauté au cou et embrassés.

Maintenant nous partons en remorque 2 par 2 pour économiser notre fuel vers le Costa Rica pour refaire DU gasoil et ensuite aller à Panama. 5 à 6 jours de moteur nous attendent ! On espère avoir le temps de prendre une douche au Costa Rica...

Je n’aurai donc plus grand chose à vous raconter les prochains jours.

Nous sommes épuisés, pas très propres mais fiers de nous !

A suivre…

1280

960

768

667

375

320